NitDoffKillah – Défis au développement au Sénégal

AG: Parlez-nous un peu de vous.

NDK: Mon vrai nom est Mor Talla Gueye. J’ai grandi à Louga au Sénégal, et j’y ai passé toute mon enfance et mon adolescence. Je suis entré dans le hip hop à l’adolescence et j’avais l’habitude de faire du ‘‘break dance’’ avec un groupe d’amis. Notre groupe s’appelait BMG (Bokk Mboloo di Gestu). C’est à ce moment que RapGalsen  commençait à prendre de l’ampleur et la plupart des break-dancers ont commencé à rapper, moi y compris. Nous avions l’habitude de participer à des compétitions nationales et nous en avons même remporté deux. Au fil du temps, nous nous sommes dispersés et en 1999, je me suis rendu en France pour rejoindre mon père (mon père et mes frères étaient quasiment tous à l’étranger).

J’ai passé 14 ans à Paris. Il y a eu un certain temps où j’ai voyagé de Paris au Sénégal, mais en 2007, j’ai officiellement décidé de lancer ma carrière de rap avec mon premier album. J’ai continué sur ma lancée en sortant mon deuxième album en 2009 et j’ai commencé Show of the Year, qui est un événement annuel pour tous les hip-hoppers au Sénégal. J’ai sorti un troisième album en 2013 et un double album en 2017 (appelez-le mon quatrième et cinquième). 

Je me suis lancé à l’international en Europe et je cherche toujours des moyens de produire une nouvelle musique, d’augmenter ma base de fans et de faire plus pour la communauté. Avec la situation actuelle, beaucoup de choses sont au point mort, mais nous travaillons continuellement sur d’autres projets. J’ai créé un label et je produis aussi d’autres rappeurs.

En dehors de ma carrière musicale, j’utilise ma voix dans le domaine politique et dans les conversations panafricaines pour partager mon humble point de vue.

AG: Si vous devez résumer les défis au développement au Sénégal, que diriez-vous ?

NDK: À mon avis, nous avons connu un terrible début d’indépendance. Quand nous avons “obtenu l’indépendance”, ce n’était qu’une “indépendance de drapeau”, mais nous n’avons pas obtenu une indépendance économique. On a eu un “faux départ”. Lorsque les Français sont partis, ils ont laissé derrière eux du personnel pro-colonial qui était censé essentiellement poursuivre l’ordre du jour Français. Ensuite, il y avait des gens comme Mamadou Dia et Ousmane Blondin Diop qui ont été discrédités, emprisonnés, mortellement réduits au silence parce qu’ils se sont prononcés contre ce comportement. 

Les premiers présidents (Senghor et Diouf) n’étaient pas ce que nous appelons corrompus aujourd’hui, mais ils n’avaient pas la vision, le patriotisme, la mentalité panafricaine, et les moyens d’enlever les taches coloniales et de mettre en œuvre leurs propres agendas sénégalais qui pouvaient profiter le peuple sénégalais. Nous avons perdu une vingtaine d’années où nous ne faisions que plaire aux Français, cela se reflétait dans nos contrats et nos engagements économiques à tous les niveaux. 

Leurs remplaçants et leurs entourages respectifs étaient encore pires. Menteurs. Voleurs. Détournement de fonds. Rien ne nous a fait avancer. Ce ne sont même pas des acteurs politiques qui ont les connaissances et l’expertise. Certains étaient d’anciens enseignants qui venaient de recevoir des postes de titulaires.

Nous avons raté la marque dès le début. Il n’y a pas eu d’investissement dans la recherche et le développement, attisant les jeunes à se préparer à un avenir radieux et à être autonomes, à investir dans les ingénieurs afin qu’ils soient les producteurs internes de notre pays ! L’Université Cheikh Anta Diop était une grande université, mais il n’y avait pas assez d’investissements pour maintenir cette excellence afin de permettre aux étudiants diplômés de ne pas avoir d’emplois à montrer. Il n’y a pas de soutien de notre peuple pour que nous puissions nous tenir seuls et ne pas dépendre des autres. 

Nous avons eu un leadership terrible. Nous sommes un petit pays avec beaucoup de richesse, mais nous n’avons pas investi et profité de cela. 60% de la population est jeune ! Des coupures d’eau. Pannes d’électricité. Nous aurions dû dépasser cela, mais le leadership nous a fait défaut. Le Sénégal est aujourd’hui victime de tout cela réuni.

AG: Donnez-moi une suggestion d’une solution réaliste qui pourrait être mise en œuvre au Sénégal pour nous rapprocher un peu plus d’un État plus développé.

NDK: C’est un bon leadership. Nous avons besoin d’un vrai leader avec de la morale, de l’éthique, de bonnes idées, des caractéristiques craignant Dieu, et de la conviction. Nous n’avons pas de leaders intègres. Nous devons nous débarrasser de la corruption, des dirigeants qui détournent des fonds, de jeter des choses sous le tapis. Nous pouvons reconquérir 50 ans de perte avec un solide, bon, leader exemplaire / mandat présidentiel. La population est facile à guider – nous avons des chefs religieux qui ont une voix et peuvent influencer le peuple. Mais pour que les bons messages passent, nous avons besoin de ce leader. Quelqu’un qui n’a pas peur de dire non aux forces extérieures qui essaient de profiter de nous. Quelqu’un qui prend l’éducation et l’agriculture au sérieux! Nous pouvons tirer parti de nos ressources naturelles pour nous bénéficier, une fois pour toutes, avant d’ouvrir nos portes au reste du monde.

AG: Quelques observations sur la situation du COVID-19 ?

NDK: C’est inquiétant. Il y a de la peur. Non seulement à cause de la situation actuelle, mais aussi à cause de ce qu’elle pourrait devenir. Jusqu’à ce que nous trouvions une solution (guérison, vaccin, méthode durable de prévention de la propagation, etc.), ce sera comme si nous étions assis sur des œufs.

Si une autre guerre mondiale devait se produire, ce serait économique. Il y a différentes spéculations, mais il y a beaucoup de choses qui sortent et nous n’avons pas toutes les réponses. Le monde est sûrement surpeuplé et à chaque crise qui se présente, nous nous retrouvons avec deux choix: (1) l’approche naïve où l’on dit juste que c’est un événement naturel ou (2) l’approche la plus curieuse de demander “ce qui est vraiment en jeu ici?”

Au Sénégal, les gens sont toujours dehors pendant la journée. Donner de l’aide est une bonne initiative, mais ce n’est pas suffisant pour tout combattre. Pendant la journée, les gens sont dehors comme si rien ne se passait. Nous n’avons pas de masques, gel antiseptique, etc. donc c’est effrayant.

Je salue nos médecins, notre ministre de la Santé et tous ceux qui travaillent dur pour lutter contre ce virus. Personnellement, j’ai peur qu’il se propage encore plus et nous, en tant que nation, ne pouvons pas gérer cela. Nous n’avons pas l’infrastructure, mais je prie pour que nous n’en arrivions même pas cela.

AG: Responsabilité des rappeurs / influenceurs / chanteurs / personnalités publiques dans l’information du public ?

NDK: C’est donné par Dieu et il est important de comprendre cela et d’être humble à ce sujet. Dieu vous demandera comment vous avez utilisé votre voix et votre don. Vous l’avez utilisé pour faire du bien ? Éduquer les autres. Pour guider d’autres personnes qui vous écoutent et vous suivent?

Mon opinion est qu’avec un don et une plate-forme, notre mission est de servir Dieu et de servir le peuple. Et être conscient de l’impact que nous avons afin que nous puissions utiliser notre voix / cadeau pour faire du bien dans le monde.

Certaines personnes l’utilisent d’une mauvaise façon pour juste obtenir de l’argent. Peu importe le coût ou le sacrifice. Prendre des positions auxquelles ils ne croient pas. Agir au nom d’autres personnes qui ne sont pas assez courageuses pour le faire eux-mêmes.

La façon dont nous utilisons nos pouvoirs compte beaucoup.

AG: L’Influence du Hip-Hop dans notre société ?

NDK: RapGalsen est connu pour les messages que nous avons diffusés là-bas. Nous sommes connus pour être “trop Hip Hop, pas commercial” et c’est une fierté pour nous. Nous nous efforçons d’envoyer de bons messages qui sont pertinents pour notre peuple. épidémie de sida. Lutter contre la corruption. Les relations familiales. Nous parlons de l’actualité et éduquons les gens.

Les élèves qui écoutent la réminiscence du Hip Hop se souviennent de la façon dont cela les a aidés à réussir l’école en les redynamisant. Les responsabilisant! C’est formidable.

Nous ne parlons pas de drogues, d’alcool, médisances ou dévêtir femmes dans nos vidéos. Nous sommes fiers d’élever et de ne pas démolir. C’est l’âme de RapGalsen.

Nous sommes connus pour être des êtres honnêtes. Même si elle est sous-évaluée ici au Sénégal, RapGalsen  s’est avéré multidimensionnel. Les rappeurs ont généralement beaucoup voyagé et très instruits et utilisent leur voix pour parler sur des questions qui comptent.

Je respecte l’industrie. Les mouvements que nous avons créés. L’éducation que nous avons partagée avec la population. Les changements positifs que nous avons donnés.

AG: Qui est votre modèle?

NDK: Il y en a beaucoup que je pourrais énumérer. Je regarde des gens comme Thomas Sankara, Patrice Lumumba, Amilcar Cabral et Malcolm X.

Mais mon modèle ultime est mon père. Il m’a le plus influencé dans la vie. Avant qu’il ne décède et jusqu’à aujourd’hui, il est sur mon économiseur d’écran ! Il m’a beaucoup appris et m’a aidé à savoir qui et comment je devrais être. Il a toujours été mon point de référence, ma superstar, et mon modèle. Je sais que je ne peux pas être comme lui, mais c’est quelqu’un que je m’efforce d’être. Nous avions une relation puissante. Travailleur, familial, discret, s’est oublié pour le bien de sa famille, modeste, honnête, n’a pas laissé ses enfants faire du n’importe quoi, il nous a élevés avec intégrité. C’est un homme respecté. Il n’a jamais eu de vie parce qu’il était si concentré sur nous donner une belle vie.

Quand j’ai grandi et que je suis allé en France avec lui, j’ai vu comment il vivait juste pour s’assurer que nous avions une vie confortable au Sénégal, cela renforçait mon amour et mon respect en lui. Je savais alors que c’est comme ça qu’un homme est censé être. Si vous voulez être respecté, vous devez être cette personne intègre!

Bien que je puisse énumérer beaucoup de gens aujourd’hui, je dirai avec fierté que mon père est l’unique. C’est mon tout.

Leave a Comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s